Investir dans son premier bien immobilier : nos astuces pour obtenir un prêt

immobilier neuf

immobilier neuf

Contrairement à la croyance populaire, les banques ne sont pas toujours réticentes à proposer un prêt immobilier aux primo-accédants. Aussi, il est tout à fait envisageable de souscrire à un prêt immobilier en étant jeune. Néanmoins, il est indispensable de mettre toutes les chances de votre côté pour obtenir une offre attractive, avec le meilleur taux et une durée de remboursement adaptée. Comment bénéficier d’un prêt immobilier intéressant ? Quels sont nos conseils, pour réaliser des économies ? Faisons le point.

Prendre rendez-vous avec votre banquier

La première étape de l’obtention d’un prêt immobilier consiste à prendre rendez-vous auprès de votre banque. En effet, cela vous permettra d’y voir un peu plus clair, de connaître votre capacité d’emprunt et surtout, de comparer l’offre de votre organisme prêteur à celles des autres banques.

Effectuer une simulation de prêt immobilier

La simulation de prêt immobilier peut être réalisée avec l’aide de votre banquier. Cette étape est indispensable, puisqu’elle vous permettra de connaître avec précision la somme que vous pouvez emprunter.

Pour rappel, la capacité maximale d’endettement en France acceptée par les banques est fixée à 33% de la somme totale de vos revenus. De ce fait, grâce à cette estimation, il vous sera possible de faire le point sur le type de bien que vous pourrez acquérir dans le futur.

La simulation vous aide également à connaître la durée de remboursement de votre prochain crédit immobilier. Mais nous y reviendrons un peu plus en détail, dans la suite de ce guide.

Les arguments en faveur d’un prêt immobilier

Si votre banque se montre peu encline à proposer un prêt immobilier aux jeunes primo-accédants, certains arguments joueront certainement en votre faveur. Aussi, n’hésitez pas à faire valoir votre fidélité auprès de la banque ! En effet, la perte d’un client pour les organismes prêteurs n’est généralement pas souhaitable. D’autre part, vos objectifs et perspectives professionnels devront également être mis en avant, afin de témoigner de votre solvabilité actuelle et future.

Faut-il absolument bénéficier d’un apport pour contracter un prêt ?

Même s’il est préférable de disposer d’un PEL ou d’une solution d’épargne pour contracter un prêt immobilier, certains organismes sont en mesure de proposer un prêt sans apport, imaginé pour les jeunes souhaitant devenir propriétaires. De ce fait, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre banquier.

Quel type de prêt choisir ?

Choisir un prêt immobilier nécessite de s’attarder sur certains critères : le taux, la modularité de l’offre, le Taux Effectif Global, ainsi que la durée de remboursement.

Le taux, un critère crucial à prendre en compte

Le choix du taux va impacter significativement le montant total de votre prêt. En 2019, les taux moyens se situent autour des 1,34% pour une durée de remboursement de 15 ans, de 1,54% pour une durée de remboursement sur 20 ans et de 1,75%, pour un remboursement étalé sur 25 ans. Plusieurs types de taux sont proposés par les banques :

  • Le taux fixe : s’il s’agit d’une solution plus sécurisée, vous évitant de subir une inflation, il est toutefois nécessaire de préciser que le taux fixe est généralement plus onéreux.
  • Le taux variable : celui-ci peut subir une baisse ou une augmentation. Toutefois, si vous souhaitez opter pour un prêt à taux variable, il est indispensable de se tourner vers un taux capé. Celui-ci est plafonné et ne pourra dépasser un certain pourcentage du montant emprunté.

Sachez que certaines banques peuvent vous proposer de basculer d’un taux variable à un taux fixe sans frais. Il est donc crucial de bien lire les petites lignes de votre contrat, avant de vous lancer dans une souscription.

Un prêt modulable ?

Au même titre que le taux, le prêt immobilier peut-être variable, ou modulable. Cela signifie qu’il vous sera possible de revoir vos mensualités (à la hausse ou à la baisse) tout au long de la durée de votre emprunt. Toutefois, afin d’éviter des dépenses supplémentaires, assurez-vous que le prêt modulable qui vous intéresse n’implique pas de frais, au moment de sa révision.

Calculer le Taux Effectif Global de votre prêt

Le Taux Effectif Global, ou TEG d’un prêt immobilier désigne le coût total de celui-ci, comprenant les frais de dossier, d’assurance, les garanties, etc. Cet indicateur très important figure sur l’offre de prêt qui vous sera proposée par la banque. C’est lui qui vous permettra de comparer les différents prêts immobiliers proposés par les organismes prêteurs.

La durée de remboursement du prêt immobilier

Nous évoquions précédemment la durée de remboursement de votre prêt : plus celle-ci est longue, plus l’emprunt vous coûtera cher. De ce fait, il semble crucial d’optimiser votre période de remboursement, afin de réaliser de belles économies. Avec l’aide de votre banquier, pourquoi ne pas réaliser une simulation ? Cela vous aidera à adapter vos mensualités, afin d’opter pour une offre réellement attractive.

Le choix de l’assurance emprunteur

L’assurance emprunteur, qui n’est pas obligatoire, est toutefois exigée par les banques. Si elle permet de protéger les organismes prêteurs en cas d’impossibilité de remboursement, elle sécurise également les emprunteurs, qui pourront être couverts en cas d’invalidité, d’incapacité ou de décès. Plusieurs types d’offres existent à l’heure actuelle : il s’agit de l’assurance groupée proposée par votre banque, et de la délégation d’assurance.

L’assurance groupée proposée par votre banque

L’assurance de groupe, ou mutualisée, vous propose un taux standardisé en fonction de votre profil. Un questionnaire de santé sera rempli par l’assuré, permettant à l’organisme prêteur de lui assigner le taux qui convient. Les critères pris en compte concernent l’âge, ainsi que les habitudes de vie.

Le taux de l’assurance groupée est basé sur le capital emprunté initialement. De ce fait, le montant à rembourser sera le même, tout au long de la durée du prêt.

La délégation d’assurance

La délégation d’assurance est définitivement la solution à envisager pour les jeunes en bonne santé. En effet, les critères pris en compte pour calculer le taux sont plus nombreux. Celui-ci sera donc parfaitement adapté à votre profil. D’autre part, le taux de la délégation d’assurance est fixé sur le capital restant dû. Cela signifie que les mensualités relatives à la prime d’assurance diminuent au fur et à mesure du remboursement du prêt.

Prêt à taux zéro et prêt Action Logement : des alternatives intéressantes ?

Les jeunes primo-accédants pourront bénéficier de plusieurs solutions d’emprunt, pour financer leur prochain achat. Le prêt à taux zéro, ainsi que le prêt Action Logement sont deux alternatives intéressantes, permettant de réaliser quelques économies.

Le prêt à taux zéro

Le prêt à taux zéro facilite l’accès à la propriété pour les personnes disposant de revenus modestes et intermédiaires. Accordé sous condition de ressources, il permet d’emprunter de l’argent à la banque sans frais, sur une durée comprise entre 20 et 25 ans. En d’autres termes, il est gratuit et n’inclut aucun taux d’intérêt. Il concerne principalement les primo-accédants, ainsi que les particuliers qui n’ont pas été propriétaires d’une résidence principale deux ans avant la souscription du prêt.

Le prêt à taux zéro est soumis au zonage, c’est-à-dire qu’il n’est accessible que dans certaines zones de France, à savoir la zone A, A bis, B1, B2 et C. Par exemple, un célibataire résidant en zone A ou 1 bis pourra profiter du PTZ uniquement si ses revenus sont inférieurs ou égaux à 37 000 euros annuels. Le montant emprunté est alors inférieur ou égal à 150 000 euros. Un couple sans enfant en zone B2 en bénéficiera, si ses revenus ne dépassent pas 37 800 euros annuels. Le prêt ne pourra être supérieur à 154 000 euros.

Le prêt Action Logement

Ce prêt permet d’investir dans une résidence principale, un logement neuf ou ancien respectant certaines performances énergétiques, ainsi que dans un terrain à bâtir. Il est proposé par les entreprises non-agricoles de plus de 10 salariés, qui contribuent au financement à hauteur de 30% du montant emprunté, constituant ainsi un apport.

À l’instar du PTZ, le prêt Action Logement est soumis à un zonage, ainsi qu’à des conditions de ressources. Par exemple, le montant financé par l’entreprise en zone A est plafonné à 15 000 euros. D’autre part, la durée de remboursement ne peut dépasser 20 ans. Vous êtes intéressé par ce type de prêt ? Pour savoir si vous pouvez en bénéficier, reportez-vous à votre fiche de paie. En effet, vous y trouverez la mention « taux d’appel du FNAL » . Si celui-ci est de 0,45%, alors il vous sera possible de profiter du prêt Action logement. D’autre part, tous les primo-accédants sont éligibles.

Pour financer votre projet, demandez l’aide de votre famille

Vous rencontrez des difficultés pour financer votre projet immobilier ? Dans ce cas, pourquoi ne pas opter pour un achat en famille ? Aussi appelée achat en indivision, cette solution permet à chaque personne de détenir une part du logement et d’établir certaines règles, comme la répartition des charges ou du montant d’éventuels travaux.

D’autre part, le transfert du PEL de vos parents vers votre propre compte peut également être envisagé. Si ce compte épargne a été ouvert alors que les taux étaient encore attractifs, vous pourrez ainsi profiter d’un taux immobilier plus avantageux. En revanche, pour en bénéficier, vous ne devez pas être titulaire d’un PEL depuis plus de trois ans.

Pourquoi faire appel à un courtier ?

Les jeunes primo-accédants pourront faire appel à un courtier, pour dénicher une offre de prêt intéressante, à un taux avantageux. En plus de pouvoir compter sur l’avis d’un expert, les acheteurs auront la possibilité de comparer efficacement plusieurs offres et d’être orientés de façon impartiale et objective sur la solution à choisir.

Le courtier en prêt immobilier entretient des relations étroites avec les banques et profite d’un excellent pouvoir de négociation, ce qui n’est généralement pas le cas des particuliers. Pour gagner du temps et profiter d’une prestation efficace à moindre coût (la rémunération du courtier représente généralement 1% du montant emprunté), cette solution doit définitivement être envisagée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *